A la Une

Un infolab près de chez vous ? Bientôt mais pour quoi faire ?

Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter

illustration de l'actualité : ordinateur-ecran-analyse-donnes

Savoir s’informer est essentiel pour prendre de bonnes décisions. Voilà une évidence difficilement contestable, tant dans la vie privée pour chaque citoyen que dans le monde professionnel. Mais à l’heure des « données massives » (Big data), le volume, la variété et la vélocité des informations produites rendent la connaissance et l’utilisation des données disponibles à la fois plus complexes, parfois litigieuses mais aussi porteuses de potentialités formidables.

Depuis 2013, la Fing (Fondation Internet Nouvelle Génération) explore les médiations possibles pour mettre les particuliers et les organisations en capacité d’exploiter les données dans leurs activités et dans leurs projets. Avec ses partenaires, elle imagine des réponses à ces questions. Entretien avec Charles Nepote, responsable du programme Infolab à la Fing et Armelle Gilliard spécialiste des « data » chez La Reine Merlin.

Qu’est-ce qu’un infolab ?

La Fing a imaginé la campagne Infolab dans l’objectif de stimuler et de faciliter la création sur le territoire de lieux ouverts à tous dans lesquels citoyens, associations, entreprises de toutes tailles, puissent s’informer sur les données et découvrir comment mieux les maîtriser ou les utiliser dans leur intérêt. En plus de la compréhension et de l’action, ce sont aussi des lieux de débat car, avec ce sujet, on se rend très vite compte que beaucoup de questions éthiques, économiques, juridiques et techniques se posent. Nous avons appelé ces lieux des infolabs. 

Pourquoi est-il si important de mieux connaître les données ? N’est-ce pas un sujet réservé aux spécialistes ?

C’est d’abord une question de compréhension de la société dans laquelle nous vivons. Beaucoup de pans de notre vie sont régis par le numérique. Cela peut avoir des conséquences qui ne vont pas forcément dans l’intérêt des citoyens, mais cela peut aussi aider. Aujourd’hui, seuls quelques acteurs sont réellement en capacité d’utiliser le potentiel des données : Etats, grands acteurs économiques (banques, assurances, géants d’internet, grandes entreprises).

Les citoyens sont eux-mêmes producteurs des données qui sont utilisées par ces acteurs, pas forcément contre eux, ne tombons pas dans la paranoïa, mais pas forcément à leur avantage non plus, ne versons pas dans l’angélisme.

Pouvez-vous donner un exemple ?

Deux exemples pour montrer qu’il est question de protection de la vie privée et d’opportunités économiques, pour tout type d’entreprise.

Il semble tout à fait normal de soigner son apparence lorsque l’on se rend à un entretien d’embauche ou que l’on va négocier un prêt avec une banque. Mais pour optimiser ses chances, il est tout aussi important de savoir comment cet employeur ou cette banque collectent sur vous des données en ligne qui entrent en ligne de compte dans leur décision. Et je ne parle pas d’informations publiées volontairement mais de données laissées à votre insu. La culture des données est donc un vrai sujet.

Il y a aussi un vrai enjeu économique. Etre capable d’utiliser les données publiées par les acteurs publics peut être un avantage pour un artisan qui souhaite implanter son commerce : densité de population, revenu moyen, proximité d’établissement d’enseignement peuvent l’aider à choisir un lieu plutôt qu’un autre. En se rendant dans un Infolab, il pourra rencontrer des personnes, des médiateurs professionnels ou bénévoles, qui lui apprendront à optimiser son implantation grâce aux données.

Où en est le projet Infolab ?

Il existe 5 Infolabs en France et au moins 6 en projet. Certaines entreprises, bien conscientes de l’enjeu, ont créé leur Infolab interne. 

Aujourd’hui l’idée est de poursuivre l’accompagnement des Infolabs constitués ou émergeants et d’approfondir les relations avec les Infolabs d’entreprise.

Par ailleurs, en complément de cette approche par le service de proximité, il y a un important travail d’information pour développer la culture des données en France. C’est une question d’émancipation mais aussi de compétitivité économique.

D’ailleurs, au plan international, les Infolabs français sont un concept d’avant garde. L’idée de développer un « état d’esprit données », à la fois comme opportunité économique et dans une logique de rendre le pouvoir aux citoyens, existe dans plusieurs pays mais elle donne plutôt lieu à des initiatives assez ponctuelles comme les « School of data ». D’ailleurs, la Fing va organiser un événement international autour des Infolabs et le projet pourrait bien essaimer au-delà de nos frontières. 

 

Quelques ressources pour aller plus loin : 

Sur la question des données massives (Big data)

Sur le projet Infolab de la Fing

Le portail de la communauté des Infolabs

 

Quelques infolabs référencés par la Fing :

L’infolab de l’Etat

A Lyon : Tuba Lyon et Altercarto

A Grenoble : La Coop Infolab

En Gironde : La Ressourcerie Datalocale, La Reine Merlin

- Publié le : 21 janvier 2016 - Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter