A la Une

Quand le numérique et l’open-source rendent les prothèses accessibles

Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter

illustration de l'actualité : InMoov - crédit photo : Miguel Templon

Si l’impression 3D a révolutionné de nombreux secteurs, elle a aussi fait émerger des projets  à impact social fort. La fabrication de prothèses à des coûts accessibles en est une illustration.

Nicolas Huchet, créateur de MyHumanKit, a perdu une main suite à un accident de travail. Alors qu’il cherche à remplacer sa prothèse qu’il porte depuis 10 ans,  il se heurte aux prix exorbitants des nouvelles prothèses, les rendant inabordables pour lui. Il cherche alors une solution. C’est lors d’une visite du FabLab de Rennes qu’il découvre l’impression 3D. Une question s’impose dès lors. Est-il possible d’imprimer des prothèses de main à l’aide de cet outil ? Oui, lui répond-on. Le projet de création d’une prothèse répondant à ses propres besoins est lancé quelques mois plus tard. 

A partir de fichiers téléchargeables gratuitement sur internet, il crée alors sa propre prothèse avec de l’électronique libre, du fil de pêche et des pièces imprimées en 3D. Grâce au « Do It Yourself » (le « faire soi-même » en français), cette prothèse fonctionnelle est fabriquée à moindre coût alors même qu’elle est personnalisée.

De cette expérience réussie est née l’association MyHumanKit qui a pour but de rendre les appareils médicaux accessibles au plus grand nombre. Designers, ingénieurs, artistes et citoyens des Fablabs peuvent désormais créer des prothèses à la demande grâce aux fichiers open-source mis à disposition gratuitement par l’association. Preuve de son utilité sociale, elle fait partie des 10 derniers finalistes du Google Social Impact en 2015. Prochain défi, ouvrir un « HumanLab » en 2017, atelier pilote de fabrication numérique dédié à la santé.

L’association démontre tout l’intérêt de rendre les technologies accessibles et utiles à travers l’éducation et l’insertion sociale, mais, à l’instar d’E-nable, elle n’est pas la seule à œuvrer à la démocratisation de ces prothèses. Cette plateforme fondée aux Etats-Unis permet de mettre en relation des personnes handicapées ayant besoin de prothèses et des bénévoles disposant d’imprimantes 3D et de temps pour les fabriquer. Ces communautés se développent rapidement et sont soutenues par des mécènes, permettant ainsi aux associations d’investir dans la recherche et développement pour améliorer la précision, la robustesse et l’esthétique des prothèses. De quoi « apprendre à se réparer » lorsque l’on a un handicap.

Pour aller plus loin :

 - Le site de MyHumanKit 

- InMoov, la 1ère prothèse Open Source imprimée en 3D 

- E-nablingthefuture, le site de la communauté E-nable

 

- Publié le : 24 mars 2016 - Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter