A la Une

Apprendre autrement à l’ère du numérique : quand étudier devient un jeu d’enfant

Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter

illustration de l'actualité : Apocalypse 10 destins

A l’heure où l’école se réinvente au rythme des évolutions numériques, le jeu vidéo en tant qu’objet pédagogique est en passe de révolutionner les pratiques éducatives et la manière d’apprendre en général. A tout âge et dans de nombreux domaines (scolaire, santé, éducation à l’environnement..), la tendance est aux « serious games », ces jeux sérieux, ou ludo-éducatifs, conçus spécialement pour apprendre de manière divertissante. Qu’il s’agisse de s’immerger au cœur de la Première Guerre Mondiale ou de sensibiliser aux enjeux écologiques contemporains,  les jeux sérieux complètent et enrichissent aujourd’hui le panel des formes pédagogiques utilisées dans le cadre de formations ou de sensibilisations.   

Alors que ces jeux se multiplient, quelle est leur valeur ajoutée ? De quelles compétences favoriseraient-ils le développement ? A quelles conditions sont-ils facteurs de réussite ?

Motivation, apprentissage par l’erreur et renforcement des connaissances

Au cœur du processus et de l’action, l’apprenant voit sa motivation stimulée face à des situations concrètes. C’est sa réflexion qui le mènera à résoudre les problématiques auxquelles il se trouve confronté. L’apprentissage se fait ainsi par l’application, à l’inverse d’une démarche pédagogique plus classique où le savoir est d’abord transmis avant d’être pratiqué via des exercices pratiques. Cela permet de lever les freins rencontrés par certains individus face à la théorie et l’abstrait. Autre réelle valeur ajoutée, l’erreur est dédramatisée : ce n’est pas un échec mais plutôt une étape de progression vers le succès et l’acquisition de nouvelles compétences et savoir-faire.

Maîtriser les usages du numérique comme pré-requis

Condition importante au développement massif des « serious games » : la capacité du public à s’approprier l’usage du numérique. Comprendre et maîtriser le digital permet parfois un apprentissage en autonomie. Toutefois, si certains sont accessibles librement sur internet, d’autres nécessitent un accompagnement ou sont dispensés lors de formations. Les jeux sérieux ne suppriment donc évidemment pas la fonction de l’enseignant, du médiateur, du formateur, de l’expert…du « détenteur du savoir ». Celui-ci reste essentiel car il guide, met en perspective et questionne l’apprenant dans ses découvertes.

Trois exemples de « serious games »

Des académies comme celles de Créteil ou d'Aix-Marseille se sont lancées depuis quelques années dans l’expérimentation de jeux sérieux en classe et ont permis la diffusion et la popularisation de ces nouveaux supports pédagogiques. Loin de se cantonner au seul cadre académique, ces jeux sérieux, accessibles à tous semblent aujourd’hui de plus en plus séduire les internautes.

Ce jeu sérieux est une expérience interactive inédite dérivée de la série documentaire « Apocalypse la Première Guerre mondiale ». L’objectif est d’incarner l’un des 10 destins traversés par la Grande Guerre en s’immergeant dans un environnement associant BD animée et archives documentaires.

  • Ecoville: quand l’écologie devient un jeu

Dans la lignée du jeu de stratégie « Sim City »,  ce « serious game » développé par l’éditeur Libeo pour l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) suggère au joueur de bâtir une ville de 15 000 habitants, en se conformant aux accords de Kyoto – à savoir la réduction de la pollution, la limitation des émissions de gaz à effet de serre et la production de déchets. L’objectif de ce jeu est de sensibiliser les élèves à la maîtrise de l’énergie et à la protection de l’environnement en s’appuyant sur un support ludique.

A partir de connaissances de base sur les fractions, ce jeu sérieux destiné à l’enseignement des mathématiques intègre progressivement d’autres contraintes, comme l’organisation spatiale, et met le joueur en situation de recherche faisant ainsi appel à des techniques de calcul. Le but est de faire dévier un rayon de lumière en divisant et en recombinant plusieurs rayons afin d’obtenir des puissances de rayonnement en différentes proportions. A mesure de l’avancement du jeu, les problèmes finissent par être suffisamment complexes pour s’y attarder avec attention et réflexion… de quoi y passer quelques heures.

Pour aller plus loin : 

  • Sur les initiatives pédagogiques dans les académies

Académies de Créteil et d'Aix-Marseille

  • Sur les jeux présentés

Apocalypse 10 Destins, Ecoville, Refraction

Le site Thot Cursus propose également un répertoire de plus de 180 jeux sérieux classés par thématiques.

- Publié le : 24 juin 2016 - Partager cet article : Logo Facebook Logo Twitter